• « Une magnifique victoire dont le peuple français peut être fier » Jean-Pierre CHEVENEMENT

    PARIS, 29 mai 2005 (AFP) - Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC) a estimé dimanche que la victoire du non au référendum sur la Constitution européenne était "une magnifique victoire dont le peuple français peut être fier".

    "Un mouvement puissant venu des profondeurs vient d'apporter un cinglant désaveu à des élites paresseuses et aveugles qui, depuis trois décennies, ont installé la France dans un chômage de masse", a-t-il fait valoir dans un communiqué.

    Il appartient au président de la République "de proposer un grand plan de redynamisation de l'économie et de lutte contre le chômage à l'échelle européenne et d'abord au niveau des Douze de la zone euro", a-t-il ajouté, soulignant qu'il fallait "renégocier les dispositions des textes européens qui y font obstacle".

    "Pour la gauche, la seule question qui se pose désormais à elle est celle des son rassemblement et de sa refondation sans tabou".


  • Commentaires

    1
    Volcane
    Lundi 30 Mai 2005 à 11:00
    aveu
    Aveu : depuis que je suis en âge de voter, c'ets la première fois que je suis fière de mon pays...
    2
    Fil
    Lundi 30 Mai 2005 à 11:01
    Bonjour Volcane..
    ..sourire entendu.
    3
    Volcane
    Lundi 30 Mai 2005 à 11:04
    du bon
    Il y a du bon dans tout, console-toi Fil...sourire
    4
    Fil
    Lundi 30 Mai 2005 à 11:06
    C'est ce que..
    .je me suis dit ce matin, Volcane.
    5
    Mercredi 15 Juin 2005 à 12:13
    DONNEZ-LEUR DE LA BRIOCHE !
    DECLARATION DE SOLIDARITE ET PROGRES DONNEZ-LEUR DE LA BRIOCHE ! Avec Dominique de Villepin, la montagne a accouch�© dâ??une myriade de micro-boulots. Certains avaient r�ªv�© dâ??un Premier ministre qui, au nom de la grandeur de la France et de son mod�¨le social aurait enfourch�©, contre le syst�¨me n�©o-lib�©ral qui ruine notre �©conomie, les m�ªmes armes quâ??il avait brandies contre lâ??imp�©rialisme am�©ricain en Irak. On a eu, �  la place, un curieux m�©lange : un romantique de la France, accordant mal livres dâ??histoire et histoire pr�©sente, un aristocrate capable de d�©fendre ses int�©r�ªts de caste tout en se montrant attentionn�© pour les plus malheureux de ses domestiques-citoyens, un �©narque qui ne voit lâ??�©conomie que par le prisme de lâ??administration et les services. Son plan de bataille pour lâ??emploi ressemble un peu �  tout cela. Bien que le groupe de travail au S�©nat sur le n�©o-colbertisme europ�©en ainsi que lâ??industriel Jean-Louis Beffa aient soulev�© ces derniers mois le grave danger dâ??un d�©clin permanent de la puissance industrielle de notre pays et propos�© un ensemble de mesures destin�©es �  d�©fendre lâ??exception fran�§aise dans le domaine de la tr�¨s haute technologie, Dominique de Villepin, tout comme Martine Aubry avant lui, a choisi de cr�©er des emplois dans lâ??administration et les services -- �« �©volution naturelle dâ??une �©conomie moderne et humaine �» selon le nouveau Premier ministre -- condamnant lâ??�©conomie fran�§aise au rang dâ??une �©conomie de bazar. Le nouveau Premier ministre a ainsi transform�© le v�©ritable mod�¨le fran�§ais, câ??est-� -dire lâ??ambition dâ??�ªtre lâ??une des nations du peloton de t�ªte scientifique et technologique du monde, offrant �  lâ??ensemble de ses concitoyens le droit �  une �©galit�© des chances au plus haut niveau dâ??un dessein productif pour la nation et le monde, en un mod�¨le dâ??�©conomie parfaitement improductive, fond�©e sur des emplois aid�©s, au rabais, tout juste bons pour tenir les gens occup�©s et soutenir la consommation. Câ??est particuli�¨rement atterrant que la seule vision quâ??on ait pu offrir aux jeunes, pourtant sujet de grande pr�©occupation du Premier ministre, soit celle des contrats assist�©s dans les tr�¨s petites entreprises ; particuli�¨rement choquant aussi quâ??on fasse passer, au nom dâ??un r�©publicanisme fran�§ais, d�©fendu avec des tr�©molos dans la voix, de nouveaux contrats dâ??embauche plus flexibles avec une p�©riode dâ??essai de deux ans, tout en se vantant dâ??offrir une meilleure s�©curit�© aux employ�©s qui, licenci�©s pendant cette p�©riode, �« b�©n�©ficieraient �» dâ??allocations ch�´mage �©quivalant �  57% de leur salaire ! Pire, la bataille qui a pr�©c�©d�© lâ??adoption de cette politique a r�©v�©l�©, au sein de la majorit�©, lâ??existence dâ??un puissant lobby financier qui a man�?uvr�© dans le secret et fait du chantage pour poursuivre la politique n�©o-lib�©rale de privatisations et dâ??atteintes au code de travail, malgr�© son rejet massif par la majorit�© des Fran�§ais le 29 mai. Le journal Lib�©ration du 9 juin rapporte que les commissions des Finances de lâ??Assembl�©e nationale et du S�©nat, pr�©sid�©es par Pierre M�©haignerie et Jean Arthuis, ont toutes deux fait savoir au nouveau Premier ministre que sâ??il sâ??affranchissait des contraintes du Pacte de stabilit�© pour financer des investissements massifs dans les grands travaux, comme le lui demandaient le pr�©sident de lâ??Assembl�©e nationale Jean-Louis Debr�© et le d�©put�© UMP Patrick Ollier, il y aurait �« des cons�©quences politiques �», c\\\'est-� -dire le refus de voter la confiance. Le Monde du 10 juin rapporte comment, en pr�©sentant un bilan �« alarmiste �» sur lâ??�©tat de la France, le ministre des Finances, Thierry Breton, a fait passer certaines de ses propositions, dont le contrat de nouvelle embauche et la poursuite des privatisations pour financer le plan de lutte contre le ch�´mage. Selon cette m�ªme source, qui rapportait avant le r�©f�©rendum que Thierry Breton consid�©rerait que m�ªme un �« petit oui �» lui ouvrirait la derni�¨re fen�ªtre dâ??opportunit�© pour poursuivre les r�©formes ha�¯es des populations, le ministre de lâ??Economie avait pr�©par�© en grand secret la privatisation de Gaz de France qui fut r�©alis�©e du jour au lendemain ! Nous sommes entr�©s dans une p�©riode de grand danger pour notre pays. Malgr�© le vote massif de d�©fiance �  lâ??�©gard de la politique n�©o-lib�©rale men�©e par les gouvernements successifs depuis 1983, les grands partis majoritaires sont rest�©s totalement sourds �  ce message ; pire m�ªme, une majorit�© dâ??un gouvernement d�©boussol�© en fin de r�¨gne a port�© un mauvais coup �  la volont�© populaire. Dans cette situation, Solidarit�© et Progr�¨s appelle au rassemblement de toutes les forces de lâ??opposition r�©publicaine, pour faire respecter le mandat du 29 mai : 1) mettre fin aux politiques n�©o-lib�©rales adopt�©es en France depuis 1983 et en particulier aux crit�¨res dâ??aust�©rit�© impos�©s par Maastricht et le Pacte de stabilit�© ; 2) redonner au politique les commandes de lâ??�©conomie, 3) r�©tablir une banque nationale sous contr�´le politique et se battre pour que la Banque centrale europ�©enne soit �©galement mise sous le contr�´le des autorit�©s politiques des pays de la zone, avec la croissance et le plein emploi pour objectifs, 4) r�©orienter lâ??investissement vers une politique de grands projets dâ??infrastructures en Europe et en Eurasie permettant de cr�©er des millions dâ??emplois qualifi�©s, productifs et stables. Il est temps que lâ??imagination et la g�©n�©rosit�© reviennent aux postes de commande, sans respect pour la loi des march�©s ni la bureaucratie. http://www.solidariteetprogres.org/spip/sp_accueil.php3
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :