• Bolkestein, au service du nouveau projet européen !


  • Commentaires

    1
    JEUNE
    Dimanche 17 Avril 2005 à 15:45
    SOUVENIRS
    « la propriété est sacrée parce qu’elle représente le droit de la personne elle-même », « Vous qui avez faim, je me sens le devoir de vous secourir, et vous n’avez pas le droit d’exiger de moi la moindre partie de ma fortune : et si vous m’arrachez une obole, vous commettez une injustice. Il y a ici des devoirs qui n’ont pas de droits corrélatifs. », « en méconnaissant cette importante vérité , on ouvre la porte aux plus funestes erreurs. Par exemple l’Etat a le devoir de venir en aide , en une certaine mesure, aux ouvriers dans les temps de chômage involontaire, en les employant à de grands travaux d’utilité publique ; mais il est faux que l’ouvrier ait droit au travail, comme on le dit aujourd’hui, car tout droit vrai emporte l’idée qu’on peut l’assurer par la force. L’ouvrier n’a pas plus droit au travail que le pauvre n’a droit à l’assistance ; ou si le pauvre a ce droit, il peut l’imposer : au lieu de s’adresser à la charité , il peut invoquer la justice, me faire un procès, ou même m’arracher de force ce que je ne lui donnerais pas. Proclamer des droits mensongers, c’est mettre en péril des droits certains. On peut très bien rappeler aux particuliers et à l’Etat le saint devoir de la charité, sans conférer à la misère de prétendus droits qu’elle accueille avec ivresse et revendique le glaive à la main. » tout y est ou presque : la liberté de posséder et le pouvoir de requérir la justice pour assurer la sécurité de la propriété privée; pour les parias de ce monde : une éventuelle condescendance et encore… Ces phrases tirées de « justice et charité » par Victor Cousin ,en 1849, qui fut philosophe et ministre de l’instruction publique, trouvent échos dans les thèses récentes d’un Luc Ferry, ci-devant ancien ministre de l’éducation nationale, qui parle de droits-libertés (droit de propriété notamment) et de droits-créances (au travail, à la santé, au logement,…) qui pour lui sont du domaine de la raison mais pas du domaine du réalisable (tout au plus ce sont des objectifs souhaitables !). Ces notions ne se retrouvent-elles pas sans beaucoup de modification d’ailleurs dans les formules utilisées dans le projet de constitution européenne
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :